Comme Roxane était belle et joyeuse pour la remise du Prix de la Danse du Cercle Carpeaux le 18 octobre dernier ! La comtesse Armand Ghislain de Maigret a pris soin de nous apprendre que Roxane, en Persan, signifie brillante comme l’aurore, et c’est vrai, aucun autre prénom ne peut mieux convenir. Le jury du Cercle Carpeaux tenait à ce que le nom de l’heureuse lauréate ne soit révélé qu’à l’ultime moment. Le secret a été bien gardé, nous sommes entre gens civilisés. Remise donc de ce 36ème Prix à Roxane Stojanov qui a d’abord été présentée par Aurélie Dupont comme une ballerine très travailleuse et prometteuse pour le futur de la compagnie. Roxanne a répondu :

« Je suis très émue et touchée par cette récompense qui reconnaît le travail que j’ai accompli au quotidien. Je remercie mes deux sœurs qui m’ont toujours encouragé à suivre des cours de danse et à travailler dur pour entrer à l’Ecole de Danse. Merci à Elisabeth Platel, qui a suivi mon parcours avec intérêt et dévouement, merci aussi à Violette Verdy dont je garde un souvenir très ému. Merci à Aurélie Dupont qui accompagne si bien mes débuts dans la compagnie, merci à tous les membres du Cercle Carpeaux, et au public très divers. »

                                                         Gilbert Meyer et Roxane Stojanov – photo M. Lidvac

Avant la remise du prix, Madame Armand Ghislain de Maigret a rappelé que le Cercle Carpeaux avait été créé en 1948 par le célèbre médecin et écrivain Henri Mondor. Puis elle a évoqué le début de carrière de Roxanne. Début de l’apprentissage de la Danse en Macédoine, puis à Bruxelles. En 2007, c’est l’entrée à Nanterre, suivi de l’engagement dans la compagnie en 2010. Roxane passe coryphée en 2016, multiplie les rôles jusqu’à la variation des Rubis de Balanchine ces derniers jours qui lui vaut un succès mémorable. Le Cercle Carpeaux se trompe très rarement dans ses choix, nous aurons souvent à voir et revoir Roxane Stojanov.
Au premier abord, on pense que son regard est celui d’un oiseau de proie, mais non, il est d’une douceur, d’une légèreté qui explique tout son être, toute son âme, tout son talent, celui d’une très belle danseuse qui va nous rendre captif de sa beauté.

Michel Odin

Partager

DANSE R

Danse R – Magazine de la Danse

Abonnez-vous !

Articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *