Pendant l’été, le site de Danse Magazine vous propose de faire un point sur la moitié de l’année 2017 et sur les vacances des danseurs !

Cette semaine, Paul Marque, sujet au ballet de l’Opéra de Paris, s’est plié à cet exercice !

En ce milieu d’année, quel est votre plus grande réussite ou accomplissement ?

Depuis le début de cette année, je dois dire que j’ai eu beaucoup de moments de joie.
Tout d’abord, la promotion du concours interne de l’opéra prend effet le premier janvier. Je suis donc passé au grade de sujet au sein de la compagnie. C’était une première très grande joie, et ce, dès le début de l’année.
Lors de notre reprise en janvier, nous avons commencé les répétitions pour le ballet Le Songe d’une Nuit d’Été de George Balanchine. Dans ce ballet, j’ai eu le plaisir de travailler et d’interpreter le rôle d’Oberon, un des personnages principaux du ballet. Le travail de ce personnage m’a fait travailler des aspects scéniques, artistiques, et techniques de la danse et du ballet que je connaissais, mais auxquels je n’avais pas encore autant touché.

J’ai, bien sur, été encadré par des répétiteurs et maitres de ballet pour m’apprendre toutes les facettes de ce rôles. Ils m’ont fait répété et m’ont guidés tout au long de cette aventure.

Sur la suite de la saison, j’ai à nouveau eu la chance de participer a de beaux projets, et de toucher a de beaux rôles. Notamment en fin de saison, sur La Sylphide de Pierre Lacotte, dans lequel j’ai dansé le pas de deux des écossais.

Avez-vous été déçu par quelque chose ?

Je dois dire que je n’ai pas eu beaucoup de déceptions ni de déconvenues durant cette première moitié d’année. J’ai eu la chance de danser de beaux rôles, de participer à des créations, de beaucoup danser sur scène et en répétition. Je n’ai pas non plus eu de blessures nécessitant un arrêt durant cette première moitié d’année.

Photo : John Hennequin

Quel est votre prochain projet ou votre objectif pour la fin de l’année ?

Je n’ai pas d’objectif particulier seulement pour cette deuxième moitié d’année, car les objectifs que je me fixe nécessitent plus de temps. C’est-à-dire que je me fixe un objectif le plus grand possible, et j’essaie par tous les moyens d’y parvenir. Bien sur, il y a des étapes à franchir. Et chaque étape peut durer plus ou moins longtemps. Tout dépend de ce qu’on veut atteindre, et de l’étape qu’on doit franchir. Un concours interne de promotion, par exemple, se prépare plus ou moins un mois avant le jour J.
J’espère quand même danser autant que j’ai eu la chance de danser sur ces trois saisons passées à l’Opéra, de toucher également à de nouveaux genres, danser de nouveaux ballets, découvrir de nouveaux chorégraphes, apprendre encore plus…

Pour cet été, avez-vous des projets ou prenez-vous du repos bien mérité ?

Un peu des deux ! Cet été sera donc très varié, avec des projets, professionnels tout comme personnels, et tournées, en plus de la danse, vers d’autres milieux artistiques. Il y aura également des voyages pour profiter du soleil, de la plage et de l’été, (et se reposer aussi) avant d’attaquer une nouvelle saison à l’opéra !

Enfin, avez-vous un exercice/échauffement que vous effectuez systématiquement pendant vos vacances ?

PM : Je dois dire que depuis que je suis rentré dans la compagnie, c’est la première fois que je prends des vacances aussi longues ! Nous avons une très bonnes équipe médicale et sportive à l’Opéra, qui nous ont donné des clés, des programmes, et des conseils pour revenir en pleine forme à la rentrée.

Merci à Paul et bonne continuation à lui pour la rentrée

Partager

DANSE R

Danse R - Magazine de la Danse Abonnez-vous !

Articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *